Les studios de mix pour électro

Les traitements audio dans l’histoire de la musique rap Les premiers artistes hip-hop étaient des flûtes à bec passionnées, ils ont donc utilisé leur propre voix pour créer leur musique. Cependant, dans les années 1970, le genre a pris un tournant radical lorsque les rappeurs ont commencé à échantillonner d’autres chansons pour leurs rythmes. Aujourd’hui, l’échantillonnage est monnaie courante dans le hip-hop et d’autres genres populaires grâce aux façons créatives dont les premiers pionniers ont traité leurs sons. Les débuts de la musique rap étaient caractérisés uniquement par des percussions et des échantillons d’autres chansons, qui composaient le rythme. Les premiers rappeurs ont appris à créer un meilleur rythme en échantillonnant d’autres chansons. De nombreux pionniers du hip-hop ont utilisé un magnétophone appelé dictionnaire de rimes pour enregistrer des mots et des phrases significatifs qu’ils répéteraient plus tard sur un rythme. Ils ont également utilisé un instrument connu sous le nom de talk box pour améliorer la hauteur de leur voix ou ajouter des effets tels que des basses ou des aigus. L’utilisation de sons d’autres chansons a permis aux premiers artistes de rap de créer rapidement des chansons populaires qui sont encore appréciées aujourd’hui. L’échantillonnage était rare dans les années 1970 car l’équipement audio domestique et les boîtes à rythmes étaient chers et compliqués à utiliser. Cependant, de nombreux premiers artistes hip-hop ont quand même réussi à gagner en popularité malgré une mauvaise qualité audio. Pour cette raison, de nombreux pionniers du hip-hop ont décidé d’expérimenter des techniques de traitement audio afin de pouvoir créer de meilleurs rythmes pour leurs chansons. Compte tenu de cela, il n’est pas étonnant que la musique rap moderne sonne si bien ! Par exemple, le Dr Dre a passé du temps à apprendre à produire des rythmes de haute qualité avant de produire des albums hip-hop phares tels que Nuthin But a « Hamburger » Stuck on Yo Face. La musique hip-hop ancienne n’était pas très populaire en raison de la faible qualité audio utilisée. cependant, il a ouvert la voie à des succès modernes comme In Da Club de 50 Cent. Aujourd’hui, les applications musicales populaires comme iDrum utilisent des systèmes de traitement audio sophistiqués qui aident les musiciens en herbe à pratiquer leurs compétences sans avoir accès à un équipement coûteux. Grâce à l’utilisation d’équipements et de techniques de traitement modernes, les musiciens en herbe peuvent facilement transformer leur voix ou leur clavier en cymbales ou en lignes de basse sans trop de formation ou de pratique. Sur cette base, il n’est pas étonnant que le rap moderne soit aussi populaire que jamais ! 

En transformant les sons d’autres chansons en leurs propres voix ou claviers, les premiers artistes hip-hop ont maximisé la qualité de leurs rythmes tout en diffusant simultanément la musique rap au public du monde entier – deux objectifs communs aux musiciens modernes ! Grâce aux rappeurs pionniers qui ont appris à traiter efficacement le son il y a cinquante ans, les musiciens d’aujourd’hui ont plus de facilité à créer des chansons à succès avec un minimum de talent !

https://xlrmixagemastering.com/

Tutoriel de mixage

Les traitements audio dans l’histoire de la musique rap Le traitement audio, ou simplement le traitement dans le hip hop, est une partie essentielle de l’histoire de ce genre musical populaire. Au départ, les rappeurs enregistraient leurs chansons via une platine et un système de sonorisation. Plus tard, les musiciens hip hop produiront leur musique via un processeur multi-effets. Aujourd’hui, les chansons hip hop les plus populaires sont maîtrisées à des niveaux de qualité CD élevés à l’aide de la compression MP3. Les effets du rappeur sur leur musique incluent la déformation des pistes audio et la compression. Un certain nombre de facteurs affectent la façon dont l’audio est traité dans la musique hip hop. Lorsque le hip hop a été joué pour la première fois sur une platine, il était simplement appelé musique rap. Auparavant, les jingles étaient interprétés avec des voix sur des acétates à l’aide d’un tourne-disque (un terme pour ce type de performance est « MCing »). Dans les années 1960 et 1970, le hip hop était joué sur un tourne-disque vinyle (les platines n’étaient pas portables). Pour jouer de la musique hip hop via un système de sonorisation, les rappeurs placeraient des micros d’enregistrement sur leurs instruments et les joueraient via des amplificateurs. Cette configuration était généralement appelée configuration « studio » ou « live ». Certains artistes ont préféré utiliser des systèmes de sonorisation spécialement conçus pour les performances en direct au lieu des kits de bricolage qu’ils utilisaient à la maison. Les chansons hip hop peuvent également être lues directement à partir de magnétophones à bobines sans aucun traitement, bien que cette méthode soit assez rare aujourd’hui. La production hip-hop a considérablement évolué depuis l’époque où les premiers rappeurs jouaient leurs chansons via des systèmes de sonorisation et des platines. Les chansons hip hop populaires d’aujourd’hui sont généralement traitées par de nombreux effets allant du MP3 aux niveaux de CD masterisés via des processeurs multi-effets (MEP). Les effets du rappeur sur leur musique incluent la déformation des pistes audio et la compression. Un certain nombre de facteurs affectent la façon dont l’audio est traité dans la musique hip hop, tels que les caractéristiques sonores souhaitées et les capacités techniques des artistes eux-mêmes. Par exemple, si un artiste souhaite que sa voix soit limpide tout en chantant sur des lignes de basse lourdes, il appliquera différents algorithmes de compression pour atteindre cet objectif avant d’enregistrer des voix dans des machines DAT ou des enregistreurs multipistes numériques (DMR).

Les bénéfices du mastering

Les chansons hip hop les plus populaires sont maîtrisées à des niveaux de qualité CD élevés à l’aide de la compression MP3 avant d’être publiées sous forme de singles ou d’albums via des services de streaming en ligne tels que Spotify ou Apple Music. Les producteurs de musique utilisent divers algorithmes lors de la compression de leurs pistes à des fins de mastering, tels que l’amplification des basses et l’émulation de salle stéréo, qui peuvent modifier considérablement la qualité du son pour différents genres en fonction du tempo et de l’instrumentation présents dans les paroles des chansons. Pour modifier davantage la qualité sonore après le mastering, les fichiers de chansons sont compressés par des distributeurs via des plateformes de streaming en ligne telles que YouTube via la compression MP3 avant d’être lus sur des radios ou écoutés via des écouteurs dans des clubs et des festivals du monde entier. 

Le traitement audio a été nécessaire dans la création du genre musical hip hop populaire d’aujourd’hui depuis sa création il y a plus de trois décennies. L’équipement utilisé par les premiers artistes de rap a considérablement changé depuis qu’ils jouaient leur musique via des systèmes de sonorisation et des platines à l’époque. Cependant, le concept de base derrière la création de ce genre populaire reste similaire – il consiste à modifier les sons enregistrés à l’aide de divers outils tels que des compresseurs, des réservoirs de réverbération et plus encore !

Posted on